Ourobore le jeu

Le forum a été déplacé ici: http://ouroborethegame.forumactif.org/
Ourobore le jeu

Le premier jeu de rôle basé sur L'Ourobore


    Le grand Labyrinthe

    Partagez
    avatar
    Narrateur
    Maitre de jeu
    Maitre de jeu

    Messages : 110
    Réputation : 22
    Date d'inscription : 28/05/2013
    Age : 27
    Localisation : Personne ne le sait

    Le grand Labyrinthe

    Message par Narrateur le Sam 1 Juin - 16:22

    Dessus les fondations des antiques bâtisses
    Sont gravés quelquefois des symboles anciens.
    Runologie qu’envoûtent ces nécromanciens,
    Ils vivent, ravinant ainsi que des varices


    Les pierres enfouies au milieu des fougères,
    Dont le galbe moussu ressemble à des racines.
    Et ces stèles d’où les putrescibles glycines
    Des colombages vers leurs treillages stellaires


    S’entrecroisent font des nefs à la coque en croupe
    Qui partent pour un voyage céleste, en poupe
    Des croissants, piques et des croix de Saint André,
    Parmi tout un langage où l’Ailleurs est crypté.


    Emergeant à moitié, d’entre les feuilles mortes
    Un petit arc en voûte, ignoré des passants,
    Comme à fleur d’un passé mystique ouvre ses portes
    Eplorées de toiles d’or au souffle des ans.

    joël Gissy


    Dernière édition par Narrateur le Sam 1 Juin - 16:39, édité 2 fois
    avatar
    Le crotale
    Membre de L'Ourobore
    Membre de L'Ourobore

    Messages : 1
    Réputation : 4
    Date d'inscription : 01/06/2013
    Age : 104
    Localisation : En voyage...

    Re: Le grand Labyrinthe

    Message par Le crotale le Sam 1 Juin - 16:33

    I. Alter ego


    Quand l’esprit contemplatif de l’homme allongé
    Sur un horizon d’airain doucement lévite
    Dans l’espace intérieur de son aura plongé,
    Il éveille en son corps, cependant qu’il médite,


    Un démiurge embrasé dont le verbe inconscient
    Bâtit des prismes d’or et d’immenses cités.
    Reflété par les flots, ce sombre Léviathan,
    Tel un génie serein déployant ses clartés,


    Lui parle étrangement de sa voix d’hélium.
    Et ingurgité par cet entonnoir béant
    Ainsi qu’en une extase emplie d’un noir d’opium,
    L’assoiffé d’infini se noie dans le néant.

    Joël Gissy



      La date/heure actuelle est Ven 24 Nov - 14:55